• AIJE
  • JACQUES ELLUL
  • L’œuvre d’une vie
  • Années 1950

Années 1950

ellul_16

1950

Réalisme et révolution, Réforme, 7 janvier
Réalisme politique opposé au réalisme chrétien. Le marxisme, la révolution, et le chrétien.


Un jugement de Jacques Ellul, Réforme, 14 janvier
Critique de Sociologie et communisme, de Jules Monnerot (Paris, Gallimard, 1949)

Engagement et dégagement, Réforme, 21 janvier
Engagement, sacrifice, et lucidité; Jean-Paul Sartre et Emmanuel Mounier.

La seconde moitié du siècle, Protestant d'Aquitaine, janvier
Les idoles de la première moitié du siècle sont tombées : la monnaie, le pays, l'Etat, le syndicalisme, et autres petites "divinités". Les Etats-Unis et l'Union soviétique constituent les idoles restantes. Comparaison entre la situation courante et celle de l'Ancien Testament.

La Bible et la ville, Foi et Vie, vol.48, n°1, janvier-février, pp. 4-19

L’évolution de l’idée de liberté depuis 1936, Evidences, Revue mensuelle publiée par l'American Jewish Committee, n°8, février, pp.1-5

J. de Senarclens: le mystère de l’histoire, Réforme, 11 mars
Critique du livre "Le mystère de l'histoire : Introduction à une conception chronologique du devenir", de Jacques de Senarciens (Genève, Labor et Fides, 1949)

MM. Cassou, Vercors, Mounier, Strachy et Zilliacus : ce n'est pas le communisme qui a changé, c'est vous , Réforme, 25 mars

Etatisation de la presse, Protestant d'Aquitaine, n°14, mars

Pourquoi je me suis séparé de Mounier, Réforme, 15 avril
Déclin du mouvement Esprit, et divergences théologiques avec Emmanuel Mounier, mort en 1950.

Grèves de Carême, Protestant d'Aquitaine, n°15, avril

Réponse à B. Rappard, Protestant d'Aquitaine, n°16, mai
L'article de Rappard est sur la même page dans ce numéro de Protestant d'Aquitaine.

Sur l'amnistie du Maréchal Pétain, Protestant d'Aquitaine, n°17, juin
Ellul recommande que Pétain reste en prison, et suggère que justice soit rendue, en trouvant et libérant ceux qui ont été injustement jugés après la guerre.

La peur occidentale du communisme, Réforme, 9 septembre
Réaction à un article d'André Dumas.

La Bible et l'action chrétienne, Bulletin du Centre Protestant d'Etudes, n°6 et 7, septembre, pp.4-8
Résumé d'une lecture d'Ellul qui dura deux heures, donnée le 15 avril : "Y a-t-il une éthique chrétienne?"

Le mystère de l’histoire, Foi et Vie, vol.48, n°5, septembre-octobre, pp. 466-470
Une autre critique du livre "Le mystère de l'histoire : Introduction à une conception chronologique du devenir", de Jacques de Senarciens (Genève, Labor et Fides, 1949).

Problèmes de l'église romaine, Protestants d'Aquitaine, n°20, octobre, p.5

La femme et les esprits, Réforme, 4 novembre
Une interprétation biblique de la nature de la femme et de son rôle : les femmes sont plus affectées et influencées par le Saint-Esprit et par les esprits mauvais, d'où leur habilité à prophétiser, tandis que le rôle de leurs maris est de discerner et de  les protéger des esprits.

Ils ne savent pas quoi faire de la paix, Réforme, 25 novembre
Futilité des propositions de paix données par les superpuissances, pendant la guerre de Corée.

Aspects de piété et de théologie médiévale, Foi et Vie, n°6, novembre-décembre, pp. 572-575

Les nationalismes imprudents, Réforme, 23 décembre
Analyse historique et critique des facteurs qui ont fait naître et progresser le nationalisme.

Protestantisme en Cultuur in het Frankrijk van nu (Protestantisme et culture dans la France d'aujourd'hui), Wending, vol.5, n°10, décembre, pp. 552-562

L’humilité précède la gloire, Appel aux laïcs, Les cahiers du Renouveau III, pp.29-42
L'attitude chrétienne de l'humilité opposée à la recherche de puissance du monde.

Notes sur les problèmes éthiques du rapport Kinsey, In Das Menschenbild im Lichte des Evangeliums : Festschrift [für] Emil Brunner (Zurich, Zwingli-Verlag, 1950), pp. 139-152

Préface: Du problème de l’efficacité
, in  Misère et grandeur de la médecine : Essai sur les conditions d'une médecine efficace, Ph. Kressmann (Neuchâtel, Delachaux & Niestlé, 1950), pp. 7-17

Réflexion sur le monde de la nécessité, Vie, Art, Cité : Revue suisse romande, 14è séries, n°1, pp.37-39 (signé "Jean Ellul")
Description de la civilisation post-chrétienne, et réponse dialectique du christianisme.

Urbanisme et théologie biblique, Dieu Vivant, n°16, pp.109-123


1951

ou
1956 ? Ellul est membre du Conseil national de l’Église réformée de France, qui a pour équivalent dans le catholicisme l’Assemblée des Évêques (lire A temps et à contretemps pp 78 sq).

Publicité… nécessaire et avilissante, Réforme, 6 janvier ; réédition in « Jacques Ellul, actualité d’un briseur d’idoles », Réforme hors série, décembre 2004
Relations entre la publicité et le système économique, la technique et la propagande.

Méditations après Noël, Protestant d'Aquitaine, n°23, janvier, pp.2-3

Au sujet de la réponse de M. Goguel, Foi et Vie, vol.49, n°1, janvier-février, pp. 82-83
Cet article constitue une réponse à deux autres parus dans Foi et Vie n°4 (1949) et 5 (1950).

Ouverture en temps de la paix, Réforme, 17 mars
Pour assurer la paix, l'Europe doit être renforcée militairement, économiquement, et socialement.

La faim du monde, Protestant d'Aquitaine, n°25, mars, pp.4-5

Le pauvre ; essai sur la responsabilité de l’Église et du chrétien dans la vie économique, Foi et Vie, n°2, mars-avril, pp. 105-127, réédition : Cahiers Jacques-Ellul n°3 « L’économie », pp. 133-154, décembre 2005
La responsabilité de l’Église dans la vie économique passe par l’engagement personnel de chacun de ses membres. Le chrétien doit s’y montrer responsable devant Dieu, appelé notamment à lui répondre de la question du pauvre. En méprisant le pauvre, tout riche se condamne spirituellement. Pour autant, l’amélioration matérielle du pauvre n’épuise pas la dimension spirituelle de la pauvreté. Le rapport à Dieu n’est en effet possible que par le renoncement à la quête perpétuelle du confort et à une pratique régulière de l’ascèse.


Mobilisation générale, Protestant d’Aquitaine, n°29,juillet, pp.2-3
Origine, fondations, service, formes et organisation du diaconat.

Notes sur la vie et l'éducation sexuelle, Protestant d'Aquitaine, n°29, avril, p. 3

Autocritique, Réforme, 4 août
Réflexions sur la conférence de Bad-Boll

Éloge du désordre, Réforme, 20 octobre
Beaucoup d'organisations dans le monde renforcent l'Etat et étouffent l'humanité. Que le désordre survive en France est encourageant, et nous devrions tous travailler avec comme but d'assurer le désordre du monde.

Querelles byzantines, Protestant d'Aquitaine, n°31, p.3

Informations sur Bad-Boll, Protestant d'Aquitaine, n°31, octobre, p.4

Un Livre de René Gillouin: L’homme moderne, bourreau de lui-même, Réforme, 17 novembre
Critique du livre de Gillouin du même nom (Paris, Portulan, 1951)

Alain Sergent: les anarchistes, Réforme, 22 décembre
Critique du livre de Sergent, Les anarchistes : Scènes et portraits (Paris, F. Chambriand, 1951)

L'adoration de Noël, Protestant d'Aquitaine, n°33, décembre, p.1

Kerkelijke strategie en sociologie (Stratégie ecclésiastique en sociologie),
Sociologisch Bulletin, n°5, pp.33-64 > A vérifier

Rappel de quelques doctrines sur l'Etat, In Les chrétiens et la politique (Paris, Seuil, 1951)
> A vérifier (un livre portant ce titre, écrit par Guillemin et d'autres, a été publié aux éditions Temps Présent en 1948 et ne contient aucun chapitre écrit par Jacques Ellul)

Le sens de la liberté chez St Paul, In Paulus-Hellas-Oikumene : An Ecumenical Symposium (Athènes, Association Chrétienne des Etudiants de Grèce, 1951), pp.64-73 ; réimprimé dans Foi et Vie, vol.61, n°3, mai-juin 1962, pp.3-20

HISTOIRE DES INSTITUTIONS
Paris: PUF
Extraits de la préface de l’ensemble de l’ouvrage : « Cette histoire des Institutions » est limitée géographiquement. Historiquement, elle ne commence approximativement que vers le Xe siècle avant J.C ; C’est-à-dire qu’elle laisse de côté les institutions des anciens Empires. Elle débute avec l’apparition de la civilisation grecque. Géographiquement, elle est centrée sur la Méditerranée. (…) Dans ce cadre restreint, il convient de préciser le sens que l’on peut donner à l’expression « Histoire des institutions ». Le terme ‘’institution’’ ne doit pas être pris dans l’acception technique qu’il a prise dans le vocabulaire juridique ou dans la doctrine ‘’institutionnelle’’ de la philosophie du droit, mais dans une acception plus large et plus commune : tout ce qui est organisé volontairement dans une société donnée. Ceci déborde quelque peu la notion de droit (ensemble des règles assorties de sanctions établissant les rapports matériels des hommes entre eux et des hommes avec les collectivités). Mais aussi, en tant qu’Histoire, l’Histoire des institutions est différente de l’histoire du droit à deux points de vue : d’une part, elle a pour but de décrire l’évolution des règles et des structures juridiques par rapport au contexte économique et social ; d’autre part, elle considère les phénomènes juridiques beaucoup plus dans leur essence et leur réalité profonde que dans leur manifestation technique ».

Cet ensemble, qui a été une référence à plusieurs générations d’étudiants en droit, est régulièrement réédité. On perçoit chez son auteur le souci de dialectiser le droit, de l’aborder depuis une grille de lecture non objectiviste, non inféodée au Système technicien.

TOME 1 : L’ANTIQUITÉ

instit11

Les institutions orientales ont-elles pénétré le droit romain primitif par l'intermédiaire des Grecs ? Il y a une parenté très visible entre les institutions publiques grecques et celles de la Rome des premiers siècles. L'organisation de la Ville de Rome rappelle celle des villes grecques, la façon de faire les traités internationaux, ainsi que le droit pénal. Des éléments du droit privé aussi sont parallèles. Pour le fond, il reste une profonde différence entre les institutions privées grecques et le droit romain des XII Tables par exemple. L'influence des lois de Solon et des autres lois grecques sur la première législation romaine reste très douteuse. Et d'ailleurs, même si l'on peut admettre, sur certains points, l'influence hellénique, cela n'emporte nullement une influence orientale, puisque nous avons vu la ténuité du lien qui peut exister entre le droit oriental et le droit grec. Nous pouvons donc dire que, pour l'essentiel, le droit romain primitif est autonome. Il constitue un système juridique à part.

1952

Tableau pessimiste, Protestant d'Aquitaine, février, p.4
Pessimisme concernant la guerre en Indochine. Les problèmes économiques de la France, y compris sa dépendance envers les églises états-uniennes comme source de stabilité, l'espoir et la liberté dans la situation politique française turbulente.

Le Grand Jeu de l’U.R.S.S., Réforme, mars
Examen des propositions de l'Union Soviétique en date du 10 mars, concernant l'Allemagne, son unification et son réarmement. Les buts du documents et les actions recommandées.

Propagande et vérité chrétienne, Bulletin du Centre Protestant d’Etudes, Genève, vol.4, n°2, mars, pp.1-10.
Les lois qui permettent l'efficacité de la propagande ne sont pas compatibles avec le témoignage chrétien. Texte d'une lecture d'Ellul au centre protestant d'études.
Résumé disponible in Rencontre, Lausanne, n° 13, mai, pp. 102-105, et Réforme, 11 otcobre, sous le titre "L'Eglise peut-elle faire de la propagande (Eglise et propagande I)"

La science politique, Le Monde, 10 avril

Propagande et institutions, Annales de la Faculté de Droit de l’Université de Bordeaux, série juridique, n° 1-2, p. 35-38.

Strategie der Kirche und Soziologie (Stratégie de l’Église et sociologie), Reformatio: Zeitschrift fur Evangelische Kultur und Politik, vol.1, n°4-5, avril-mai, pp.263-276

La civilisation à l’épreuve, Le Monde, 17 juin
Critique de l'essai de Arnold J. Toynbee, La civilisation à l'épreuve (Paris, Gallimard, 1951)

Maintenant que Tignes est oubliée, Réforme a choisi d’en parler parce que cette histoire est un signe, Réforme, 28 juin
Tignes était un village qui a disparu, submergé par un nouveau projet de barrage. Les mensonges qui sous-tendent l'affaire de Tignes; la nouvelle aube ne promeut pas l'intérêt public, et le bien-être de 500 personnes a été sacrifié à ce projet et à l'idée abstraite de progrès.

Réflexion de détail sur l'article de A. Jacques, Protestant d'Aquitaine, n°39, juin
L'article d'A. Jacques, concernant le véritable espoir et les voeux mal-fondés, était présent dans l'édition de mai.

Propagande et démocratie, Revue Française de Science Politique, vol.2, n°3, juillet-septembre, pp. 474-504; réédition: Cahiers Jacques Ellul n°4, pp. 47-80, 2006
Article complet :
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/rfsp_0035-2950_1952_num_2_3_392151

Un Américain peint par lui-même, Le Monde, 16 septembre
Critique du livre de de Ralph Barton Perry, Puritanisme et démocratie (Paris, Laffont, 1952).

Chronique de la peur : I.La peur ouvrière, Protestant d'Aquitaine, n°42, octobre
Le premier article d'une série sur les sources de la peur contemporaine, et les meilleures réponses chrétiennes, selon la Bible.

La dogmatique de Karl Barth en français, Le Christianisme au XXe Siècle, n°47, 20 novembre, p.416
Critique de Dogmatique, de K. Barth (Genève, Labor et Fides, 1953-1974, 26 volumes)

Trois exemples de l’écrasement de l’homme par la machine, Réforme, 22 novembre
Le travailleur robot (le travail "spécialisé" n'a aucun sens et sépare le travailleur de la réalité); la musique fonctionnelle, destinée à stimuler la capacité de production du travailleur; et "les machines pensantes" qui dépassent les performances des humains dans leurs propres spécialités.

Chronique de la peur : II.La peur bourgeoise
, Protestant d'Aquitaine, n°43, novembre, p.4

L’homme et l’État
, Le Monde, 16 décembre
Critique du livre de B. Charbonneau, L'Etat (Mézères, publié par l'auteur, 1592; 2è édition Paris, Economica, 1988)

L’argent, Etudes théologiques et religieuses, vol.27, n°4, pp. 29-66
réédition : Cahiers Jacques-Ellul n°3 « L’économie », pp. 155-194, décembre 2005
Dans la Bible, l’argent ne se réduit pas à un métal précieux. Il constitue une puissance autonome, participant intégralement du sacré mais littéralement antagonique à Dieu : « On ne peut servir deux maîtres : Dieu et l’argent ». L’argent constitue donc une épreuve pour le chrétien, un perpétuel facteur de tentation. Ainsi le montre le cas de Judas. L’attitude chrétienne par excellence consiste à introduire de la gratuité dans sa vie de tous les jours. Par le don, le non recours au prêt à intérêt, la considération de l’épargne comme une sécurité nécessaire mais trompeuse. Par toute forme de comportement visant à désacraliser l’argent.

Les fondements bibliques de notre responsabilité
, in Notre responsabilité : Actes et travaux du 3è congrès médico-social protestant; Bordeaux, 1-4 novrembre, pp.11-21

Notes sur les facteurs non théologiques de division entre les églises en France
, in C.H. Dodd, G.R. Cragg, J. Ellul, Les causes sociales et culturelles des divisions des églises, Commission "Foi et Constitution", publication n°10 (Cahors, Coueslant, 1952), pp.22-29
Ellul analyse deux facteurs : le conservatisme et le nationalisme.
Autre version : Foi et Vie n°5, septembre-octobre, pp. 412-419

LE LIVRE DE JONAS
Foi et Vie, n°4, mars-avril


jonas_1

Texte atypique de l’Ancien Testament, le Livre de Jonas est un des objets favoris de la critique anti-biblique tant l’histoire qu’il raconte apparaît au premier regard complètement invraisemblable. Pour Ellul, si ce récit a été placé parmi les textes canoniques, c’est que Dieu y est montré en train de modifier son comportement au fil de sa relation avec l’homme. Il s’agit donc d’un texte prophétique, annonçant le Christianisme.



1953

Ellul amorce une action ecclésiale locale, en organisant chaque mois un culte. D’abord chez lui, dans sa maison de Pessac, puis dans un petit local aménagé, non loin de là, in A temps et à contretemps, pp. 91 sq

Justice doit être faite, Sud-Ouest, 10 janvier
2ème édition in Penser globalement, agir localement – chroniques journalistiques (pp. 11-12), PyréMonde, 2007
Extrait : « Lundi vont comparaître, devant le tribunal militaire de Bordeaux, les soldats de la division Das Reich, accusés de la tuerie d’Oradour. Le crime est trop grand, la souffrance, non seulement des parents mais de tous les français, trop intense, pour que l’on ne se sente pas soulevé d’horreur (…). Mais l’horreur conduit facilement à la haine. Et c’est vrai qu’il est difficile de ne pas haïr quand on évoque ce drame : rappelons nous que la haine n’est pas invoquée à la justice. Car ce que nous demandons, ce n’est pas une vengeance, c’est la justice ».

Les médecins de Struthof, Réforme, 24 janvier
Réflexions à propos du jugement de Metz ; le mépris des êtres humains n'est pas seulement présent dans le nazisme, mais a envahi toute notre société.

Chronique de la peur III, Protestant d'Aquitaine, janvier, p.5
Il est important que les chrétiens considèrent le résultat de la peur. La peur généralisée en France et en Allemagne a commencé après la première guerre mondiale, et s'est étendue à la plus grande partie du monde, spécialement en Union Soviétique et aux Etats-Unis après la seconde guerre mondiale. Pourquoi la France ne doit pas craindre l'Allemagne.

Chronique de la peur: IV.Les responsables de la peur, Protestants d’Aquitaine, n°46, février
La peur de la guerre nucléaire.

Chronique de la peur: V.Conséquences de la peur, Protestants d’Aquitaine, n°49, mai
Les conséquences politiques et militaires de la peur.

Goettling et Rosenberg, Réforme, 11 juillet
Propagande, opinion publique et exécution de Rosenberg en Amérique, et de Goettling à Berlin Est.

Conclusion au débat sur l'article de Jacques Ellul : Goettling et Rosenberg, Réforme, 11 août
Réponse d'Ellul aux critiques de son article "Goettling et Rosenberg".

Thèse sur la notion de souveraineté nationale, Foi et Vie , vol.51, n°4, juillet-août, pp. 306-310
Ellul présente ce texte à la délégation française lors de la réunion organisée par le Conseil des chrétiens des frontières, et la Post-Fédération française, à Dunford College les 10-12 avril 1953

Chronique de la peur: VI.La Bible et la peur, Protestants d’Aquitaine, n°51, juillet-août
Différences entre la peur qui est le produit de la Chute de l'Homme, et la crainte de Dieu. Le rôle des chrétiens est de montrer au monde qu'il n'est pas nécessaire d'avoir peur.

Réflexions ‘a posteriori’ sur les grèves d’août, Le Monde, 9 septembre

Trafic des piastres, Réforme, 19 septembre
Le scandale des pièces de contrebande entre le Vietnam et Paris, et la commission parlementaire qui a enquêté.

L’Université à Canossa, Le Monde, 14 octobre
La nouvelle réforme de l'université élimine l'indépendance du recteur et politise l'université (Canossa est un château en ruine situé en Italie, Henri IV d'Allemagne s'y est tenu dehors sous la neige afin de recevoir l'absolution du pape Gregory VII en 1077).

Le régime qui n’a pas de nom, Réforme, 17 octobre
Les décrets sont une extension des pouvoirs de l'Etat dans l'économie française et la situation politique actuelle.

Cybernétique et société, Le Monde, 3 novembre; réédité dans la revue française de science politique, vol.5, n°1, 1955, pp.171-172
Critique du livre de Norbert Wiener, Cybernétique et société (Paris, Editions des deux rives, 1953).
Texte entier :
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/rfsp_0035-2950_1955_num_5_1_402602_t1_0171_0000_001


Concert des maîtres de l’art russe, Réforme, 7 novembre
Critique d'un film soviétique.

Éloge de la paresse, Réforme, 7 novembre
Les français devraient revenirr à leurs racines et refuser de se mettre à genoux devant les slogans productivistes.

Il n’y a pas de Sud-Ouest, Réforme, 7 novembre
Ellul pointe l'hétérogénéité et la non-identité de la région, avec Bordeaux comme capitale.

Le péril est à l’intérieur, Le Monde, 6-7 décembre
L'Union Soviétique présente un petit danger militaire pour l'Ouest, mais le Parti Communiste représente une vraie menace, à laquelle on devrait répondre par une justice sociale et un meilleur style de vie. Ellul prédit un désastre si les ressoources françaises sont orientées vers la défense militaire, plutôt que vers les besoins sociaux.

Responsabilités de la propagande, Les Cahiers de la Pierre-Qui-Vire, sur le thème de "La guerre et les chrétiens", pp.51-63
réédition: Cahiers Jacques Ellul n°4, pp. 149-159, 2006


HISTOIRE DES INSTITUTIONS – TOME 2 : MOYEN-AGE

PAGE DE COUVERTURE

« Les Germains et surtout les Francs ont-ils détruit toute trace de la civilisation et des institutions romaines ? Ce fut l'opinion de beaucoup d'historiens anciens... 
La plupart des historiens du XXe siècle admettent une théorie mitigée : mélange des races et des institutions, persistance des institutions sociales et privées romaines, tendance à la disparition des institutions politiques... Même matériellement, les institutions et le droit romains sont réduits à peu de chose, idéologiquement ils restent décisifs durant cette période. Le droit romain reste le modèle du droit, l'Empire romain reste le modèle du pouvoir. Et le monde actuel vit encore d'un certain nombre de ces formes juridiques et de ces concepts romains. »

Membre du Conseil national de l’Église réformée de France, Ellul reste un marginal au sein du protestantisme, souvent plus apprécié des Juifs et des Catholiques que de ses coreligionnaires. “J’ai pensé qu’une mise en application sérieuse de l’éthique issue de la Révélation chrétienne devrait conduire à une mutation de la société. Et après tout, pourquoi ne pas tenter de lancer l’Église réformée sur cette voie? Mais pour cela, il fallait commencer par procéder à une mutation de cette Église. C’est dans ces conditions et avec cet objectif que je suis entré dans les “instances dirigeantes” de l’Église. J’ai travaillé vingt ans pour essayer de changer ses structures et ses orientations et ne suis arrivé à rien. L’Église réformée n’était vraiment pas l’instrument apte à provoquer la Révolution !” (Correspondance avec Didier Nordon, 1992, p. 106)

L’HOMME ET L’ARGENT (NOVA ET VETERA)
Neuchâtel, Delachaux & Niestlé
> Dernière édition : 2007 (Le défi et le nouveau, œuvres théologiques, 1948-1991, La Table ronde)

hommeargent2Concernant la question de la répartition des richesses dans le monde, l’opinion aujourd’hui la plus largement répandue veut que, s’il y a problème, il vient d’un dysfonctionnement du système économique. Cette façon de considérer l’argent fait abstraction de toute considération morale: on fait ‘’comme si’’ l’homme était rigoureusement neutre, comme si le mal qui siège en lui n’était pas un facteur déterminant et permanent, comme si le capitalisme ou le communisme pouvaient s’édifier abstraitement, sans que son être soit pris en compte. Et plus on sacrifie à la croyance que tel ou tel système peut changer la condition humaine et plus, finalement, on nie la nature humaine : on généralise et l’on renforce l’image de ‘’l’Homme’’ : un homme abstrait, neutre, amoral et irresponsable. De fait, en venir à croire aux vertus de tel ou tel système, revient à s’oublier et se perdre purement et simplement. Et si l’idée de réussite est aujourd’hui indissociablement liée à celle de pouvoir d’achat, si toutes les valeurs du monde se mesurent à l’étalon de l’argent, c’est le signe d’un « désengagement de soi ». Pourtant, il y a plusieurs siècles, le message biblique comportait un enseignement précis sur l’usage de l’argent. Faute de l’avoir entendu et transmis, l’homme s’est laissé posséder par lui. Une pédagogie de l’argent est-elle aujourd’hui encore possible ?...

1954

Les cahiers de la pierre-qui-vire, Réforme, 20 février
Critique du journal du même nom, publié par un moine bénédictin de l'Abbaye de la Pierre-Qui-Vire.


Sur le pessimisme chrétien
, Foi et Vie, vol.52, n°2, mars-avril, pp. 164-180
Les conséquences de la vérité biblique, c'est que "le péché corrompt tout projet humain, social ou politique". Il n'y a aucun progrès humain dans la course de l'histoire. Seul un point de vue chrétien peut-être complètement réaliste. Nous devons réfuter la fatalité, sans illusion concernant notre participation. Cette attitude dépasse la distinction simple entre optimisme et pessimisme.

L’État et la vérité : I.Une politique de la jeunesse, Réforme, 15 mai
Le gouvernement a l'intention de réformer et d'éduquer la jeunesse française. L'extension à venir des pouvoirs de l'Etat représente un danger.

L’État et la vérité : II.La secte de Montfavet, Réforme, 22 mai
Le scandale lié à un culte de guérison, et le rôle de l'Etat dans cette histoire montre combien la "vérité" proclamée par l'Etat est opposée à la foi chrétienne.

Adapter les techniques à l’homme, pas l’inverse, Info Matin, 24 mai

L’État et la vérité : III.La vérité, c’est moi, Réforme, 5 juin
Deux jugements, l'un à Bordeaux et l'autre au Tribunal de la Seine, montrent que l'Etat français joue à Dieu et nous dicte sa vérité, peu importe si cette "vérité" est fausse, et demande à être obéi. Les chrétiens doivent dire "non".

Responsabilité individuelle, Réforme, 12 juin
Critique d'un film de André Cayatte.

La session de septembre, Réforme, 12 juin
Le service de "Paix" qui remplace le service militaire.

Position des églises protestantes à l’égard de la famille, in Robert  Prigent, Renouveau des idées sur la famille, INED, Cahiers de la collection Travaux et Documents, n°18 (Paris, PUF, 1954), pp.269-274


LA TECHNIQUE OU L'ENJEU DU SIÈCLE
Paris, Armand Colin

tecknik11

Le terme "technique" englobe ici différentes formes: techniques industrielles, techniques de l'État, techniques financières, techniques éducatives, etc.. Ellul montre comment toutes ces techniques sont interdépendantes (constituant du coup LA technique) et comment elles oppressent l'homme : la Technique n'est plus en effet un simple intermédiaire entre l'homme et la nature, mais un processus autonome obéissant à ses propres lois. Rédigé de 1948 à 1950, mais d’abord refusé par les éditeurs, c’est le premier volet de la trilogie ellulienne consacrée à la technique, décrite non comme un “instrument” docile, un simple “moyen”, mais comme un principe d’organisation, charriant avec lui, à l’Ouest comme à l’Est, des bouleversements décisifs et des tyrannies nouvelles. Car non seulement la Technique peut ne pas être un moyen de nous libérer des servitudes imposées par la Nature mais la source d’une nouvelle et incommensurable aliénation.

A l’origine, cet ouvrage était beaucoup plus volumineux puisqu’il comportait plusieurs parties d’ordre théologiques qui ne seront publiées que plus tard sous le titre Éthique de la liberté. > voir 1974


1955

Aperçu du cours de M. le professeur Jacques Ellul sur la Propagande, le Bulletin du Centre Protstant d'Etudes, n°1, janvier-février, pp.10-14


Comment les communistes voient la coexistence
, Réforme, 25 juin

Le communiste parmi nous : un conformiste, Réforme, 23 juillet

La technique contre l’homme, dans "réponses à l'enquête sur les progrès de la technique et de la foi", Protestants d’Aquitaine, n°73, juillet
Ellul et d'autres répondent à un sondage sur le progrès technique et la foi chrétienne.

La liberté chrétienne, Senlis (Oise) : Villemètrie, septembre, p.17
La liberté comme élément fondamental de l'éthique chrétienne, spécialement dans les épîtres de Paul. Une deuxième étude biblique, "Ethique de l'espérance", est annexée.

Avant que l’incendie ne gagne
, Réforme, 22 octobre
Les chrétiens qui s'engagent en politique ne font pas mieux que ceux qui s'en abstiennent. Il n'y a aucune solution pour le problème algérien; les deux côtés sont trop violents, et le nationalisme est toujours mauvais.

L’Église des laïcs
, Protestants d’Aquitaine, n°75, octobre, pp.2-3

Aspects et bilans de la société technicienne, Le Monde, 9 décembre
Critique des livres d'André Siegfried, Aspects du vingtième siècle (Paris, Hachette, 1955), d'Alexandre Barnoux, Bilan provisoire (Paris, A. Michel, 1955), et de René Duchet, Bilan de la civilisation technicienne : anéantissement ou promotion de l'homme (Toulouse, Privat Didier, 1955).

Laïc, mon frère, Revue de l’Évangélisation, vol.9, n°59, décembre, pp.433-438

De l'homme robot et de la technique, Cahiers protestants (1954-1955) > A vérifier


1956

ou
1951 ? Ellul est membre du Conseil national de l’Église réformée de France, qui a pour équivalent dans le catholicisme l’Assemblée des Évêques (jusqu’en 1970 ?), in A temps et à contretemps pages 78 sq.

HISTOIRE DES INSTITUTIONS – TOME 3 : LES XVI-XVIII E SIÈCLES

PAGE DE COUVERTURE

Le Prince est image de Dieu et surhomme. Il faut obéir au Prince comme à Dieu ; à l'issue des guerres de religion, et le catholicisme triomphant, cette formulation à quoi adhérait la majorité des Français devait être une base remarquable de développement de l'absolutisme. On peut distinguer un absolutisme juridique, œuvre de juristes comme Le Bret, qui essaie d'arriver à la notion d'un Etat illimité, mais en fonction de la pratique qu'il a lui-même du pouvoir, un absolutisme pragmatique, œuvre de politiques comme Richelieu, et un absolutisme théologique représenté, par exemple, par Bossuet.

HISTOIRE DES INSTITUTIONS – TOME 4 LE XIX E SIECLE (1789-1914)

PAGE DE COUVERTURE

La mesure de l'égalité, c'est la qualité de citoyen. L'on ne considère pas l'homme en lui-même, dans sa réalité, mais seulement dans sa dimension d'homme politique, appartenant à la Nation. Parmi les hommes inégaux naturellement, il y a un élément toujours semblable : la qualité de citoyen, identique pour tous, là est l'égalité. C'est dans la mesure où il fait partie de la Nation qu'il a des droits, mais réciproquement tous ceux qui font partie de la Nation ont les mêmes droits. On laisse donc de côté le problème de l'égalité humaine ou économique. Il faut seulement garantir au citoyen qu'il sera traité juridiquement comme les autres. Il est titulaire de la souveraineté, c'est un individu détaché des contingences et de sa situation économique et sociale, un être abstrait. Ainsi seulement il est souverain et égal aux autres - à tous les autres points de vue, il est sujet -, il est souverain car il participe à la volonté générale, produit de volontés individuelles déshumanisées, ainsi l'homme ne compte qu'en tant que citoyen.

Le marxisme en Union Soviétique, Réforme, 7 janvier
Critique de l'article du même nom, d'Henri Chambre, sous-titré Idéologie et institutions, leur évolution de 1917 à nos jours (Paris, Seuil, 1955).

L’intellectuel et la technique, Profils, n°14, hiver 1956, pp.24-32

La publicité: sa signification et ses dangers, Coopération : Idées, Faits, Techniques, vol.26, n°3, mars, pp.11-14

Le communisme et la guerre, Réforme, 5 mai
Les communistes veulent la paix entre les nations, mais veulent aussi encourager la défaite du système capitaliste par la guerre.

Le corps de César, Le Monde, 23 mai
La "déstalinisation" devrait être regardée avec suspicion. L'homme Staline est critiqué, mais aucune réforme réelle n'est entrevue. Voir "la tête de César", 24 novembre".

La crise des partis communistes, Réforme, 30 juin

Un instant, M. Foster Dulles
, Réforme, 14 juillet
De 1953 à 1959, John Foster Dulles a été le secrétaire d’État (ministre des Affaires étrangères) du président Eisenhower.

Présence de la Bible (une enquête), Évidences, vol.8, n°58, juin-juillet
Brice Parain et Ellul répondent séparément à la question : "La Bible est-elle la chance de l'homme?" Ellul répond que le monde contemporain veut de la justice et se tourne vers une organisation pour la trouver. Dieu nous donne soif de justice, parce qu'Il est justice Lui-même, et Ses jugements, contrairement aux nôtres, sont justes. La société moderne choisit de ne pas reconnaître cela.

Où vont les partis communistes?, Réforme, 7 juillet

La Guerre froide de Suez: le nationalisme esclave et conquérant, Réforme, 25 août
Les socialismes de Nasser et de Tito sont à condamner, parce qu'ils sont aussi des nationalismes.

Faut-il faire crédit au rapport Kinsey ?, Réforme, 27 octobre

La tête de César, Le Monde, 24 novembre
En dépit des apparentes réfomres en Union Soviétique, qui semblent contredire les prédictions d'Ellul dans "Le corps de César" (23 mai), la situation en Hongrie démontre qu'il avait raison. Les évènements en Hongrie réfutent les propositions de Lénine, lorsqu'il disait que la guerre entre pays socialistes était impossible.

Le pessimisme et la présence au monde, Le Semeur, Vol.55, n°2, pp.51-54
La révélation de Dieu concernant l'humanité n'est ni optimiste, ni pessimiste. Elle insiste sur la présence des chrétiens et leur action spécifique dans le monde.

1957

La vertu est à gauche, Réforme, 9 février

De la gauche, de la vertu, du discernement et de la bonne conscience, Réforme, 9 mars ; réédition in « Jacques Ellul, actualité d’un briseur d’idoles », Réforme hors série, décembre 2004

Information et propagande, Diogène, n°18, avril; réédition: Cahiers Jacques Ellul n°4, pp. 25-45, 2006

Le drame algérien: la guerre et la torture
, Réforme, 4 mai

Enseignement concret, Réforme, 11 mai

La liberté de l’Église, Réforme, 1er juin

Il faut assoiffer Paris, Réforme, 27 juillet

La machine à décerveler, Réforme, 3 août

L’univers concentrationnaire : le fait est là, Réforme, 24 août

1958

La crise de l’opinion et la propagande, Foi et Vie, janvier-février, pp. 4-23

Un cas social, Réforme, 15 février

Opinion publique et démocraties, Le Monde, 20 (ou 29) février
Les méthodes de sondage permettent de connaître avec une assez grande sûreté, sur un point particulier, l'orientation d'une opinion. Mais la recherche de sa signification, de ses processus constitutifs, de ses relations avec les structures politiques et sociales d'un groupe, tout cela reste encore très aléatoire et ne peut en aucun cas directement déduit des analyses. Du reste, il est étonnant d’observer la divergence des interprétations à la question : qu'est-ce que c'est que l'opinion publique ? Ellul fait cependant remarquer que la plupart d’entre elles obéissent toutes à un même présupposé idéologique : le peuple est identique à l'État.
http://www.samuelhuet.com/index.php/kairos/38-nekros/706-jacques-ellul

En pleine morale, Le Semeur, 4 février

Certitudes et incertitudes autour de l’automation, Le Monde, 25 mai

Vanité d’un tombeau pour Nagy, Réforme, 28 juin

Les préfets, larbins du régime
, Réforme, 6 septembre

Sur le oui et le non, Réforme, 27 septembre

Mythes modernes
, Diogène, juillet-septembre

De 1858 à 1977, Jacques Ellul préside un club de prévention de la délinquance juvénile (cf. "Jeunesses délinquantes", écrit avec Yves Charrier en 1971). Il explique lui-même son rôle : « Charrier était venu me demander conseil à la fois sur le plan juridique et spirituel. En tant qu’éducateur dans un organisme public, il trouvait que l’on ne pouvait absolument pas faire un bon travail auprès de gars inadaptés en les maintenant en institution. Autrement dit, il souhaitait s’occuper des jeunes délinquants, non pas en milieu fermé mais dans leur environnement naturel : la rue. Nous avons donc monté ce club de prévention, à Pessac, et j’y ai travaillé avec lui jusqu’à sa mort, en 1969. (Je jouais) un rôle d’intermédiaire : je servais de tampon entre Charrier, la Police, la Justice et la DASS qui lui versait un salaire mais exigeait des garanties. Au fond, j’étais le notable qui couvrait officiellement les activités de ce club tellement marginal. (…) J’allais très souvent au club et les jeunes savaient que j’étais « le patron », comme ils disaient. J’étais très bien accueilli dans ce milieu de types très violents avec qui je n’ai jamais eu de problèmes. (…) Une fois par semaine, je faisais de l’exégèse biblique devant une trentaine de marginaux qui suivaient très fidèlement. (…) Après la mort de Charrier, en 1969, j’ai assumé la direction du club (…) et ensuite, j’ai trouvé un excellent éducateur, Luc Fauconnet. » (A temps et à contretemps, entretien avec Madeleine Garrigou-Lagrange, chapitre 9 ; Patrick Chastenet, Entretiens avec Jacques Ellul, pp. 138-140)

1959

Évangélisation et propagande, La Revue de l’Évangélisation, n° 83, mai-juin, pp. 146-162

Propositions concernant l’attitude chrétienne envers le droit, Réforme n°1, janvier-février ???

L’attitude chrétienne envers le droit, Foi et Vie n°1, date ?, pp. 32-45

Le vrai scandale, Réforme, 21 février

Actualité de la Réforme, Foi et Vie n°2, mars-avril, pp. 39-64

Structures et positions de la droite: une enquête, Evidences, mars

La Réforme et le pouvoir politique: un citoyen comme les autres, Réforme, 23 mai

Vacances et mythe du travail, Réforme, 26 septembre

L’enflure des mots et le danger des choses, Réforme, 31 octobre

Imprimer E-mail